[Vie Quotidienne]
Antennes
.
 Toutes les infos :                       
 
antenne

..

.

Ondes électromagnétiques : d’où viennent elles ?

.

Avec le développement des nouvelles technologies de télécommunication, l'usage des ondes s'est intensifié. Les champs électromagnétiques sont partout, toute application électrique en fonctionnement produit un champ électromagnétique, caractérisé par sa fréquence, exprimé en hertz (Hz) et sa puissance électrique en watts (W).

 

Les champs électromagnétiques qui nous environnent, proviennent de tous les appareils électriques dont nous nous servons tous les jours (chauffage, ampoules basse consommation, télévision, radio, micro-onde, téléphone...).

 

Aujourd'hui, certains usages de ces technologies (WIFI, WIMAX, téléphonie mobile, UMTS ou 3G , DECT, BLUE TOOTH, appartiennent à la même famille technique, la structure physique du champ générée est composite et pulsée) font débat autour des questions relatives aux effets à court terme et à long terme sur la santé humaine.

 

Si le service rendu par ces technologies de la communication satisfait une large majorité de la population, les risques potentiels que ces technologies pourraient entraîner en font réagir d'autres.

.

 .

Antennes - vie quotidienne                                                                                 :


Quel est le rôle du Maire dans un projet d’installation d’antenne-relais ?

Les compétences du maire concernent le domaine de l’urbanisme (Rappel du Conseil d’État - Octobre 2011). Ainsi, le maire intervient dans un projet d’installation ou de modification d’antenne relais, au regard du respect des dispositions du Code de l’Urbanisme.

 

Il n'est pas légalement appelé à se prononcer en matière d’exposition des personnes aux champs électromagnétiques, qui est du ressort de l’Agence Nationale des Fréquences (ANFR) et des autorités sanitaires.

.

.

Antennes - vie quotidienne                                                                                 :
 

 .

Quelles sont les valeurs limites d’exposition réglementaire ?

Les valeurs-limites d’exposition des personnes aux champs électromagnétiques, appelées restrictions de base, ont été retenues dans la Recommandation du Conseil de l’Union Européenne 1999/519/CE du 12 juillet 1999, relative à l’exposition du public aux champs électromagnétiques.

 

Fondées sur le seul effet sanitaire avéré des radiofréquences qui est l’effet thermique à court terme (échauffement des tissus), les valeurs limites d’exposition du public aux champs électromagnétiques, intègrent un facteur de sécurité de 50 par rapport à l’apparition du premier effet thermique.

 

Les valeurs limites exprimées en termes de niveaux de références dépendent de la fréquence utilisée par l’émetteur et qui sont les suivantes :

  • 41 V/m pour le GSM 900 (téléphonie mobile 2G)
  • 58 V/m pour le GSM 1800 (téléphonie mobile 2G)
  • 61 V/m pour l’UMTS (téléphonie mobile 3G) et le wifi
  • 28 V/m pour un émetteur de radiodiffusion
  • 31 à 41 V/m pour un émetteur de télédiffusion

 Les valeurs limites réglementaires doivent être respectées dans tous les lieux accessibles au public, y compris sur les toits et à proximité presque immédiate des antennes. C’est pourquoi un périmètre de sécurité a été défini autour des antennes.

.

Antennes - vie quotidienne                                                                                 :.

 

.

Pourquoi parle ton parfois de seuil de 0,6v/m ou 3V/m ?

.

Sur la valeur de seuil des 0,6 V/m, les origines de la proposition d’une valeur limite d’exposition au champ électrique de 0,6 V/m provient d'un rapport du Département santé de la ville de Salzbourg (Autriche).

 

Cette valeur n’est pas devenue pour autant la valeur réglementaire d’exposition à Salzbourg, ni ailleurs. Une diminution de l’exposition de la population à un niveau inférieur à cette valeur est demandée par plusieurs associations, en règle générale dans les lieux de vie et pas nécessairement à proximité immédiate des antennes.

 

Sur la valeur de seuil des 3 V/m, le niveau de 3 V/m correspond au respect d'une norme de qualité, visant à assurer la compatibilité électromagnétique des équipements entre eux. Il s’agit d’assurer le fonctionnement correct d'un équipement dans son environnement électromagnétique de façon satisfaisante, sans qu'il ne produise lui-même des perturbations électromagnétiques pour cet environnement.

 

Il est prévu, dans le cadre de la directive européenne 51 n°2004/108/CE et d'une norme, que le constructeur doit pouvoir assurer que le fonctionnement des appareils électriques et électroniques n'est pas perturbé jusqu'à un niveau de champ de 3 V/m.

 

Il ne s'agit donc pas d'un niveau d'exposition à respecter.

 

Émissions des antennes-Émissions des téléphones portables

Il est utile de mentionner que si l’on éloigne systématiquement les stations de base des utilisateurs pour diminuer les niveaux d’exposition aux champ induits par les antennes, cela a pour effet d’augmenter notablement la puissance moyenne d’émission des téléphones mobiles pour conserver une bonne qualité de communication.

 

La ville de Salon de Provence a fait le choix de s'engager dans cette démarche de précaution et de tendre par paliers vers une valeur maximale d’exposition moyenne sur un site inférieure ou égale à 1V/m.

.

Antennes - vie quotidienne                                                                                 :
 

 .

.Les antennes-relais et les lieux dits «sensibles» comme les écoles ?

 .

Que prévoit la réglementation ?

 .

La réglementation n’impose aucune distance minimum entre les antennes-relais et des établissements particuliers, tels que les écoles.

 .

Antennes - vie quotidienne                                                                                 :.

.

Quelles sont les orientations prises par la collectivité de Salon de Provence depuis 2008 ?

 .

Au nom du principe d'attention et de précaution, la ville s'est engagée dans l'application de mesures de prévention, destinées à préserver les personnes en tout lieu du territoire communal, des effets supposés nocifs des champs électromagnétiques.

.

Les mesures de prévention concernent quatre approches :

  • La concertation à la source

    la ville est en contact régulier avec les quatre opérateurs de téléphonie mobile (Sfr, Orange, Free et Bouygues) notamment sur toutes les questions relevant des projets d'équipement, de rénovation substantielle, de déplacement ou de puissance d'émission.



  • La surveillance et le contrôle des valeurs : 

    elle se traduit par le fait de connaître les valeurs des champs électromagnétiques ambiants sur l'ensemble du territoire. La collectivité a acquis le matériel nécessaire et les compétences pour procéder au minimum deux fois par an, à des mesures de champs électromagnétiques. En cas de doute sur des valeurs enregistrés, il est procédé à des mesures de champs par un laboratoire accrédité.


     
  • La réduction de l'exposition par l'éloignement : 

    il s'agit le plus souvent d'intervenir auprès des opérateurs pour qu'ils réorientent leurs antennes de manière à ce que les champs électromagnétiques relevés, lorsqu'ils dépassent les 3 V/m, baissent de manière significative dans les lieux de vie et que les valeurs moyennes sur un site tendent vers des valeurs inférieures à 1 V/M.


     
  • La protection individuelle : 

    c'est bien sur la réduction des puissances d'émission des téléphones qui ne relève pas des possibilités d'intervention de la ville, mais sur l'information et les conseils donnés sur l'usage raisonné du téléphone (se servir d'une oreillette, proscrire l'usage du téléphone en voiture, limiter l'usage du téléphone portable chez les enfants...).

Les niveaux relevés sur le territoire communale sont très inférieurs à ceux prévu par le décret du 3 mai 2002 qui fixe les niveaux de références à 28 v/m.

 .

Antennes - vie quotidienne                                                                                 : .

 .

 

Sur l'ensemble du territoire communal, les mesures réalisées depuis 2008 sont rassurantes. 

 

Toutes les valeurs communiquées sont des valeurs maximum à un point donné.

Nous avons exprimé nos résultats en prenant les modalités de calcul qu'utilisent des villes comme Lyon ou Paris, ainsi la valeur moyenne des mesures réalisées sur chaque site est inférieure ou égal à 1 v/m.

.

La majorité des mesures est réalisée dans les établissements scolaires de la commune.

 

Rappelons que les niveaux relevés sont très inférieurs à ceux prévu par le décret du 3 mai 2002 qui fixe les niveaux de références à 28 v/m.

 

Rappelons que ces contrôles exhaustifs sont effectués en moyenne deux fois par an par le Service Communal d’Hygiène et de Santé (SCHS) - 04 90 45 06 30.

.

.

.

Les publications de l'Etat sur les antennes relais et téléphones mobiles :

- Cadre général

- Obligations des opérateurs

- Questions courantes

- Radiofrequences

 

Pour en savoir plus :

  • Centre de recherche et d'information indépendant sur le rayonnement électromagnétiques : http://www.criirem.fr
.